Prodontis révolutionne le brossage de dents traditionnel grâce au crowdfunding - Booster-health.fr
En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies utilisées à des fins de statistiques internes ainsi que l'utilisation de cookies par des fournisseurs de services tiers
Tél. : 06 89 63 58 58 | contact@booster-health.fr
Retour aux articles

Prodontis révolutionne le brossage de dents traditionnel grâce au crowdfunding

Les Echos Publishing
publié le 10 novembre 2015
Par La Rédaction

Ce dispositif de nettoyage des dents remplace la brosse à dent, automatise le brossage et l’accélère. Pour une meilleure efficacité et une meilleure santé buccale.

Pour mener à bien ce projet, Hugo de Gentile a opté pour le crowdfunding car, dit-il, « nous ne rentrions pas dans les grilles de lecture des fonds d’investissement traditionnels qui s’intéressent plus aux Biotechs ou aux dispositifs implantables. Le dentaire a ses particularités dont il faut tenir compte, notamment en matière de validation clinique. En plus, le crowdfunding a permis à ceux qui nous suivaient depuis les débuts du projet d’investir dans la société. Ils en ont été ravis car ils ont bien perçu l’intérêt du projet, et aussi et surtout ils ont apprécié la rigueur, le sérieux et la complémentarité de l’équipe ».

Prodontis révolutionne le brossage de dents traditionnel grâce au crowdfunding

« Nous avons choisi Booster Health car c’est une plate-forme spécialisée dans le médical, ce qui crédibilise notre approche d’autres fonds plus généralistes. Nous avons aussi pu bénéficier de leur réseau. Ils sont sérieux, réactifs et aussi flexibles, ce qui est important quand on lance un produit de rupture sur le marché ».

Le principe de ce dispositif de nettoyage des dents (DND), imaginé et développé par un chirurgien-dentiste, est simple. Il comporte une gouttière souple en U adaptée à la denture de chaque utilisateur. Il se place sur l’arcade dentaire, sa paroi interne est tapissée de poils. Il est relié à un boîtier externe, générateur de pressions cycliques qui permet d’injecter le liquide nettoyant au sein de la gouttière, puis de l’aspirer par pulsions. L’ensemble gouttière-gencives-joues étant hermétique, l’aspiration du liquide entraîne sa mise sous vide. La gouttière se comprime donc à chaque pulsation, ce qui permet l’écrasement aléatoire des poils contre les dents et, par voie de conséquence, la désorganisation de la plaque dentaire. Le temps de brossage est réduit à 30 secondes. Jamais jusqu’à présent une solution n’était parvenue à automatiser la bonne gestuelle de brossage.

L’objectif de Prodontis explique son jeune Président, fraîchement diplômé de l’EM Lyon et qui a développé ce projet pendant ses études, c’est de permettre à chacun de conserver une parfaite hygiène dentaire tout au long de sa vie. Ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui. La parodontite touche 47 % de la population adulte en France et aux États-Unis. C’est une maladie affectant les tissus gingivaux et l’os de la dent. L’agression bactérienne provoque des poches entre les gencives et les dents où viennent se nicher les bactéries. Les dents se déchaussent progressivement jusqu’à leur chute.

Certes utile pour tous les publics, cette nouvelle brosse à dents sera proposée à trois types de segment de marché pour une montée en charge progressive. D’abord le marché important des parodontites pour stabiliser la maladie, en complément des soins dentaires ; ensuite celui de la dépendance et du handicap et enfin celui de l’orthodontie. La U-Brush coûtera entre 200 et 300 € TTC. Ces produits seront disponibles en pharmacies et sur le site internet de Prodontis. Ce sont les chirurgiens-dentistes qui seront informés en priorité via une communication scientifique. Ils en seront les prescripteurs.

Prodontis ayant décidé d’obtenir l’agrément de dispositif médical pour s’assurer de la confiance des chirurgiens-dentistes, l’optimisation technique et les validations cliniques (d’abord in vitro puis in vivo) nécessitent des procédures méticuleuses qui sont en cours. Encore une année de tests, dès que les fonds de la levée actuelle seront mis à disposition.

« Notre objectif de lever 600 000 € est atteint aux deux tiers. Booster Health nous a permis d’obtenir 118 000 €, un fonds d’investissement régional s’est engagé à hauteur de 200 000 €. Bpifrance nous a octroyé un prêt de 103 000 €. Précédemment, nous avions reçu plus de 100 000 € de subventions. »

« Nous relançons une campagne de crowdfunding avec Booster Health d’ici peu afin de compléter cette levée de fonds ». « L’objectif de dégager un résultat net positif dès 2019 est maintenu » conclut Hugo de Gentile.


Chercher un article, un mot clé...


Réseaux sociaux