Pourquoi j’ai investi dans Kaptalia - Booster-health.fr
En utilisant ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies utilisées à des fins de statistiques internes ainsi que l'utilisation de cookies par des fournisseurs de services tiers
Tél. : 06 89 63 58 58 | contact@booster-health.fr
Retour aux articles

Pourquoi j’ai investi dans Kaptalia

Les Echos Publishing
publié le 27 janvier 2016
Par Paul Vernes

Lorsque j’ai investi pour la première fois dans Kaptalia en 2014, c’était plus qu’un placement financier, c’était un investissement médical. Il faut dire que le docteur Arnaud Jeanny, 40 ans, anesthésiste-réanimateur, est bien placé pour apprécier les services rendus par ce nouveau dispositif. Intérêt médical avant tout, car le monitoring sans fil développé par Kaptalia répond à un vrai besoin dans les blocs opératoires. Cela sécurise le patient qui est scopé en permanence grâce à des capteurs sans fils. Cela simplifie aussi la vie de l’équipe soignante : plus besoin de brancher et débrancher des capteurs filaires à chaque fois qu’on transfert un patient d’une salle à une autre (par exemple pour l’emmener faire un examen complémentaire comme une radio, un scanner…). On ne s’empêtre plus avec les fils : c’est un gain de temps évident.

Aujourd’hui, le docteur Arnaud Jeanny a décidé d’investir une nouvelle fois dans Kaptalia, car si le monitoring sans fil concerne aujourd’hui les trois paramètres de base du monitoring (l’électrocardiogramme, la pression artérielle et la saturation en oxygène), des capteurs et donc de nouveaux paramètres seront rapidement disponibles. Il est convaincu que les champs d’application sont encore plus nombreux : la surveillance en ambulatoire qui se développe actuellement de façon dynamique, notamment en post opératoire ou à domicile.

Pourquoi j’ai investi dans Kaptalia

Le fait qu’il s’agisse d’une société non cotée ne l’inquiète absolument pas. Il considère que les garanties sont bien expliquées, les risques aussi d’ailleurs. Les règles du jeu sont claires. C’est un pari comme tout investissement. Pas d’état d’âme non plus face au fait que les grandes sociétés du secteur n’aient pas déjà préempté cette voie d’avenir. Pour lui, le monitoring sans fil développé par des médecins au sein d’une startup française montre que ce qui est important c’est de bien connaitre la réalité de terrain dans le but d’améliorer le service médical.

Le mode de commercialisation original qui repose sur la mise à disposition gratuite du moniteur (pas besoin d’investissement comme pour le monitoring filaire) et la vente d’une électrode propriétaire à usage unique avec un cout raisonnable, lui parait être aussi un atout indéniable qui permettra au monitoring sans fil de rentrer très rapidement dans les établissements.


Chercher un article, un mot clé...


Réseaux sociaux